Rémy Bricka

Deux colombes, Coco et Chanelle, une vingtaine d’instruments, une trentaine de kilos sur le dos, Rémy Bricka porte, comme l’escargot sa maison, sa poésie sur le dos. Un des derniers hommes-orchestres qui se compétentes chacun, aujourd’hui sur les doigts de la main.
Un feu d’artifice fuse de son chapeau et de sa grosse caisse des pétales multicolores au milieu de bulles de savon.
De la guitare au tambour en passant par l’harmonica, la crécelle, les cymbales, la grosse caisse, le mirliton, les clochettes et les grelots, l’ambiance est toujours aussi magique et les enfants peuvent s’émerveiller en découvrant des milliers d ‘étoiles scintillantes qui les entourent.
Quand on parle de Rémy Bricka, on l’associe à un public d’enfants pourtant aucun adulte ne reste insensible à sa magie. Il entraine dans son sillage des grappes d’admirateurs auxquels il communique par ses gestes et son doux sourire, une partie de sa grande sérénité.
Car l’exploit est là et ne trompe pas ce public qui se demande comment un seul homme, peut à la fois jouer de la guitare, chanter en s’accompagnant de la basse et la batterie.